Blog
Actualités

Home   >   Blog Actualités

Les producteurs de fruits à noyaux inquiets de la baisse des rendements et déçus du dialogue avec certains distributeurs


La situation du marché de l’abricot en France est marquée par la précocité exceptionnelle des cueillettes, conséquence directe et spectaculaire des températures élevées. La chaleur accélère la maturité des fruits, et les rendements observés pour les variétés de la 1ère partie de saison seront beaucoup plus faibles que prévu. En Roussillon, la cueillette des « Rouges » est très avancée, et elle sera très faible en quantité. Dans le Gard et la Crau, avant la mi-juin, l’enchainement des variétés est rapide : Flopria, Orangered, Samourai, Big Red, sont très avancées ; Kioto a commencé … En Rhône Alpes, le grossissement des fruits est également perturbé par les fortes chaleurs. Les petits calibres (35/40 et 40/45mm) sont plus nombreux que les années normales.

Sur les 4 premières semaines de la saison, les cueillettes sont inférieures de 10 à 15% par rapport aux prévisions. Sachant que la demande est soutenue, tant en France qu’à l’exportation, le marché est équilibré, voire déficitaire sur les plus gros calibres (45mm et plus). Les cours se situent à des niveaux qui se justifient par ce rendement et l’augmentation des coûts de production. Ils sont cependant moins élevés que ceux de l’an dernier, année marquée par le gel.

Pourtant, les producteurs se sont vus imposer ces derniers jours des demandes mal adaptées à cette situation. La pression exercée par certaines enseignes françaises pour organiser des ventes promotionnelles, sans concertation, et à des prix de vente très bas, est inacceptable. Les tarifs négociés ne tiennent pas suffisamment compte de la qualité, du calibre et du coût de revient des fruits achetés.

C’est la raison pour laquelle la Fédération Nationale des Producteurs de Fruits (FNPF), la Gouvernance Economique (GEFEL) et Pêches et abricots de France (AOP) ont interpelé les services achats des principales enseignes de distribution françaises, et écrit au Directeur Exécutif France de l’une d’entre elles, pour dénoncer des pratiques qui vont à l’inverse des « annonces » des distributeurs faites sur la qualité de leur relation avec le monde agricole.