Blog
Actualités

Home   >   Blog Actualités

Restitution du compte-rendu des débats ImPACtons au Ministre


Le 5 février dernier, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a organisé une visioconférence sur la remise du compte-rendu des débats ImPACtons au Gouvernement, à laquelle participait le ministre de l’Agriculture.

Plusieurs acteurs sont intervenus, dont des conseillers régionaux, des agriculteurs et des syndicats. Ils ont unanimement admis que les échanges étaient constructifs. Plus encore, selon un agriculteur de la Confédération paysanne, ces débats ont permis de réels échanges avec les autres syndicats, voire des points de convergence sur la future Politique agricole commune.

Le rapport ayant été transmis au Ministère, il lui appartient à présent de répondre aux 1083 recommandations exposées dans le rapport et a jusqu’au 7 avril pour le faire. Julien DENORMANDIE a d’ores et déjà révélé quelques grands principes des réponses du Ministère :

– Prévoir des standards partagés par tous les Etats membres et qui sont obligatoires pour tous ;

– Avoir une transition qui s’accompagne mais non qui s’oppose, l’un des objectifs étant de mettre en valeur les pratiques ;

– Renforcer la formation, attirer les installations (une campagne de sensibilisation sur les métiers agricoles, telle que celle de l’Armée, devrait être réalisée courant de cette année)

– Créer le lien et le dialogue entre consommateurs et agriculteurs.

Ce que l’on pourrait retenir de l’intervention du Ministre est son attachement à une Agriculture « créatrice de valeur » pour les agriculteurs et pour l’environnement. Selon lui, le terme « création de valeur » a longtemps été tabou notamment vis-à-vis du monde agricole mais qu’il faut en parler compte-tenu de son importance. C’est le cas notamment de la certification HVE qui, contrairement au bio, est beaucoup moins connue. Par ailleurs, il a noté que le fait que les agriculteurs se voient imposer des « injonctions paradoxales », c’est-à-dire que la société et les consommateurs demandent toujours « plus » mais ne veulent pas payer. Pourtant, il a expliqué que les agriculteurs faisaient parties de ceux qui travaillaient le plus mais dont les salaires étaient les moins élevés.

Pour conclure, la Commission considère, au regard du succès qu’ont rencontré les débats, qu’« il n’y [avait] aucun sujet qui semble très technique qui ne [pouvait] être ouvert aux Citoyens ».

Pour consulter la visioconférence, qui a été enregistrée, vous pouvez cliquer ici.